Momento Espírita
Curitiba, 15 de Outubro de 2021
busca   
Par titre  |  Dans le texte   
ícone Retrouver l`espoir

Lorsque la journée est morose et que les nuages du désespoir assombrissent notre enthousiasme ;

lorsque les douleurs sont si implacables et que la fatigue nous enveloppe avec une telle intensité que nous aimerions pouvoir fermer les yeux et tout oublier, faisons une brève pause dans nos activités.

Permettons-nous de regarder notre environnement et d'observer que tout dans le monde a un temps d'exécution, d'agitation, de frénésie, suivi de périodes de pause, de repos, d'hibernation.

Face à la rigueur de l'hiver, les arbres défoliés se retirent dans leur propre intimité, ralentissent les battements de leur cœur végétal et attendent. Ils attendent simplement.

Ils attendent que la tempête passe, que les vents se calment et que le froid cesse de les punir. Puis, devant le soleil d'un printemps divin, ils se laissent réveiller.

 Et ils explosent en feuillage et en fleurs, dans une joie exubérante.

Les animaux se retirent dans leurs terriers, leurs grottes, leurs nids. Ils attendent. Ils attendent que la manne arrive, que le soleil les bénisse, que le vent devienne une douce brise et ils retournent à leurs tâches quotidiennes.

Voler, fournir de la nourriture, préparer un abri pour les petits à venir, chanter, chasser, nourrir les jeunes, lutter contre le prédateur naturel.

Et si, malgré tout, le jour semble bien sombre et que l'espoir ne veut pas se nicher dans notre cœur, alors tournons notre regard vers ceux qui vivent avec résignation la dureté de la vie elle-même.

Quelqu'un, comme Cláudio Vieira de Oliveira, né il y a quarante ans à Bahia, dans une région appelée sertão, zone continentale d'une grande sécheresse et d'une grande pauvreté des états du Nord-Est brésilien.

Depuis sa naissance, il vit avec une maladie très rare appelée Arthrogrypose multiplex congénitale.

À cause de cela, ses jambes sont atrophiées, ses bras sont collés à sa poitrine et sa tête est tournée vers l'arrière.

Certains ont suggéré, à sa naissance en avril 1976, qu'il ne soit pas nourri, mettant ainsi fin, encore bébé, à ses souffrances.

Immédiatement, le père s'y opposa, disant qu'il était son fils et qu'il l'élèverait, jusqu'à ce que Dieu le veuille.

Grâce à la décision de ses parents et surtout à la force de sa mère, Cláudio a appris à marcher sur ses genoux et à faire diverses activités avec la bouche, comme écrire, utiliser un ordinateur et un téléphone portable.

Il affirme que même avec ses différences, il sent qu'il a deux ailes pour voler, qu'il a le monde entier à conquérir.

J'ai, dit-il, conscience de mon potentiel et le courage de me battre pour des jours meilleurs.

Cláudio a suivi des études de comptabilité, puis a voyagé dans le monde entier pour donner des conférences de motivation.

Il raconte lui-même son incroyable histoire de dépassement dans son livre  Le monde est à l'envers : la vie d'un homme qui est né avec la tête tournée vers l'arrière.

En regardant cet être humain dont on prédisait à la naissance qu'il ne survivrait pas longtemps, nous devons certainement repenser notre fatigue et notre désespoir.

Comme la nature, nous apprenons que chaque chose a son temps, sous l'œil vigilant de Dieu. Et nous continuons.

Nous continuons, inspirés par la force et le courage de personnes comme Cláudio Vieira de Oliveira.

Inspirons-nous des exemples comme celui-ci. Relevons notre motivation et allons de l'avant. Nous sommes tous nés pour être victorieux.

 Rédaction du Moment Spirite, avec des informations
sur la vie de
Cláudio Vieira de Oliveira.
Le 30.7.2021.

© Copyright - Momento Espírita - 2021 - Droits de reproduction réservés - Disponible depuis le 28 mars 1998 (en portuguais)