Momento Espírita
Curitiba, 05 de Agosto de 2021
busca   
Par titre  |  Dans le texte   
ícone Pour vous, mon frère, mon ami

C'est un moment de douleur. Nous accompagnons le nombre croissant de décès, de personnes infectées, de personnes attendant dans les hôpitaux une place pour un traitement adéquat.

Nous pouvons mesurer la douleur de ceux qui voient l'être aimé partir, soudainement, que ce soit le conjoint, l'enfant, l'ami, le petit ami ou le fiancé.

Peu importe. Ce sont des affections dont la séparation déchire l'âme. C'est pourquoi nous souhaitons que ces mots vous parviennent, vous qui souffrez de cette douleur qui n'est connue dans sa profondeur que par ceux qui l'ont déjà subie.

Pour ceux qui ont vu leur proche faire le dernier voyage, laissant un grand vide dans leur vie du fait de leur absence physique.

Oui, nous savons tous que la mort nous atteindra, tôt ou tard. Cependant, malgré tant d'années de Christianisme, malgré le message d'immortalité que Jésus nous a légué, nous sommes toujours des êtres qui ne sont pas convaincus que la permanence sur Terre est transitoire.

Il ne pouvait en être autrement. Si nous savions que nous allons mourir demain, nous ne nous lutterions pas pour la subsistance honnête de chaque jour, nous ne nous livrerions pas à des études exhaustives pour contribuer positivement au monde.

Si nous pensions que la mort nous attendait au prochain coin de rue, nous n'envisagerions pas d'avoir un enfant, car rien que pour le voir naître, nous devrions attendre neuf mois.

C'est la nature humaine, et c'est inscrit dans la loi de conservation, cet amour pour la vie. C'est également inscrit dans la loi du progrès, établie par Dieu, le désir de croître, de produire mieux.

C'est dans la loi du travail qu'est stipulée cette force qui nous pousse à rechercher le poste, la fonction, la profession qui nous permet non seulement notre propre bien-être, mais celui des autres, nos frères.

Ce qui se passe, c'est que cette vie est tellement extraordinaire, merveilleuse, pleine de lumière, de couleur, d'espoir, que nous oublions que nous ne sommes pas d'ici, que nous ne faisons que passer.

Alors, lorsque la mort arrive, c'est toujours une surprise. Nous le disons avec nos propres mots : Je ne m'attendais pas à cela.

Est-il mort ? Comment ? Je lui ai parlé hier. J'ai déjeuné avec lui.

Et nous nous retrouvons en deuil.

C'est pourquoi, ami auditeur, nous souhaitons en ce jour atteindre tout particulièrement votre cœur pour vous dire que nous souhaitons vous serrer dans nos bras.

Sentez-vous blotti contre nos cœurs. Sentez les vibrations de notre affection vous atteindre. Que vous soyez à l'hôpital, malade ou en attente de rétablissement de quelqu'un; que vous accompagniez le corps de votre proche pour ce que nous appelons la dernière demeure, dans la chair, ressentez les vibrations de notre tendresse.

Nous prions pour vous, pour vos proches, incarnés ou désincarnés.

Nous sommes nombreux à nous réunir chaque jour pour prier le bon Dieu pour toute cette Humanité souffrante. Nous demandons que les douleurs soient abrégées, que la pandémie disparaisse, que de nouveaux jours, de soleil, de bonheur, se lèvent pour tous.

Ayez confiance mon ami. Demain au levé du jour le soleil rayonnera dans les cieux. Les vents viendront nous caresser le visage et murmurer à nouveau à nos oreilles :

Vous n'êtes pas seul. Dieu est avec vous. Jésus nous guide. Tout passe. Cela aussi passera.

Nous sommes tous des voyageurs sur le même navire, la Terre. Restons unis, dans l'espoir, dans la foi.

Rédaction du Moment Spirite
Le 26.5.2021

© Copyright - Momento Espírita - 2021 - Droits de reproduction réservés - Disponible depuis le 28 mars 1998 (en portuguais)