Momento Espírita
Curitiba, 21 de Abril de 2021
busca   
Par titre  |  Dans le texte   
ícone Dans l’heure la plus amère

Elle est comme cela. Elle survient lorsque l'on est au comble de la joie, lorsque les projets sont nombreux et que l'on espère réaliser ce qui n'a pas encore été réalisé.

Elle vient et brise les rêves, détruit les plaisirs idéalisés et ronge de douleur ceux qui restent.

L'actrice Helen Hayes raconte son non-conformisme face à la mort de sa fille, âgée seulement de dix-neuf ans, emportée par une crise de poliomyélite.

Pourquoi ? - Criait son cœur. Ma fille était jeune et innocente, pourquoi la prendre ainsi, à la veille de ses débuts au théâtre à New York ?

Elle-même, enveloppée de chagrin, a abandonné sa carrière artistique. Comment pouvait-elle créer de la beauté sur scène si elle était morte à l'intérieur ?

Elle a commencé à refuser les engagements sociaux et professionnels, se limitant à recevoir les membres les plus intimes de sa famille.

Elle a essayé de trouver Dieu, dans la littérature. Elle a lu Saint Thomas d'Aquin, la vie et l'œuvre de Gandhi, la Bible.

Tout cela, sans succès. Sa fille était morte et elle ne voyait que des ombres épaisses dans le monde, dans sa vie.

Mais Dieu a d'étranges façons d'informer de Son existence et de secourir Ses enfants.

Alors, un certain Isaac Frantz a commencé à appeler chez elle tous les jours, pour lui parler. Helen n'a jamais répondu.

Finalement, comme il n'abandonnait pas, elle a accepté de le recevoir chez elle. Il est venu, avec sa femme.

Et c'est au début du dialogue que l'actrice comprit la raison de la visite du couple.

C'était l'idée de M. Frantz, même à l'insu de sa femme, qui était inquiète à l'idée de cette rencontre.

Cependant, elle y était allée, étant donné que son mari a eu tant de mal à organiser cette visite.

Ce qui a surpris Helen, c'était la spontanéité avec laquelle l'invité a commencé à parler de son fils, désincarné récemment, victime de paralysie infantile.

Soudain, elle s'est rendu compte qu'elle prononçait elle-même le nom de sa fille, ce qu'elle n'avait pas fait depuis sa mort.

Et cela a apaisé son cœur sur le plan émotionnel. Mais, ce qui la scandalisait, c'était d'entendre l'invité lui dire qu'il avait l'intention d'adopter un orphelin d'Israël.

Mme Frantz lui dit gentiment: Vous pensez que cet orphelin va prendre la place de mon fils ?

Cela ne pourra jamais arriver. Cependant, il y a encore de l'amour dans mon cœur et je ne souhaite pas que ce sentiment soit perdu par manque d'utilisation.

Je ne peux pas mourir émotionnellement, parce que mon fils est mort biologiquement. Je ne dois pas aimer moins parce que l'affection du cœur a disparu physiquement. Je dois aimer encore plus, parce que mon cœur connaît la souffrance de ceux qui ont perdu un être cher.

Lorsque le couple a fait ses adieux, à la fin de leur visite, Helen a compris pourquoi elle n'avait jamais rencontré Dieu auparavant.

C'est parce que Lui, le Dieu d'amour, n'est pas dans les pages d'un livre. Il réside dans le cœur humain.

Elle a également reconnu que Dieu ne privilégie personne. Les célébrités et les personnes anonymes sont toutes égales devant Son amour et Sa justice.

*   *   *

Dans l'heure la plus amère, ce seront la résignation active et la recherche de Dieu qui pourront apaiser la douleur et établir de nouvelles lignes directrices pour la continuité de la vie.

Après tout, l'aube se fait extraordinaire, explose de couleurs chaque jour. Il nous invite à aimer, à ne pas laisser ce sentiment se tarir dans notre intimité.

Parce que Dieu est amour, c'est par amour qu'Il nous a créés et qu'Il nous soutient.

Rédaction du Moment Spirite, basé sur l'article
Desencarnação de um ente querido, de
José Couto Ferraz,
Revista Presença Espírita
n
º 317, Nov/Dec 2016, ed. LEAL.
Le 3.3.2021.

© Copyright - Momento Espírita - 2021 - Droits de reproduction réservés - Disponible depuis le 28 mars 1998 (en portuguais)