Momento Espírita
Curitiba, 21 de Outubro de 2020
busca   
Par titre  |  Dans le texte   
ícone Comme un boomerang

Vous avez sans doute déjà entendu parler du boomerang, cet objet de jet, dont l'origine n'est pas certaine, étant donné que divers types ont été trouvés, dans plusieurs endroits de la planète, sur différents continents.

Certaines notes soulignent que le plus ancien boomerang connu de l'homme a été trouvé en Pologne en 1987. Il aurait été construit à partir de la préhension de mammouths il y a plus de vingt mille ans.

En général, nous associons le boomerang à l'Australie, un pays qui est devenu célèbre dans le monde comme le pays du boomerang.

Les aborigènes australiens s'en servaient aussi bien pour des activités ludiques que pour des activités quotidiennes.

Avec lui, ils coupaient la viande et les légumes, creusaient la terre pour trouver des racines comestibles ou frappaient la surface de l'eau pendant la pêche.

Ils l'utilisaient également pour la chasse aux oiseaux, profitant des volées de ces derniers, dans l'espoir d'en frapper quelques-uns.

Cependant, ce qui attire l'attention sur ce morceau de bois arqué, c'est qu'après avoir décrit une courbe, il revient dans les mains du lanceur.

Cela nous amène à quelques réflexions autour des actions dans nos vies. Tout ce à quoi nous pensons, parlons, se projette dans le monde et suit une trajectoire.

Nos pensées créent une atmosphère saine ou non, correspondant à leurs qualités, soient bonnes ou mauvaises.

Nos paroles touchent les gens, changent le cours des vies, profitent ou nuisent aux institutions.

Combien de fois une phrase, une étreinte, un sourire, change la pensée, la décision d'une autre personne ?

Une émission radiophonique, un film, un livre. Une pensée lue au portail d'une bibliothèque ou d'un musée. Tout influence et altère la vie.

C'est une loi admirable, que nous appelons cause et effet ou action et réaction, qui nous renvoie ce que nous projetons. Quelque chose comme l'action du boomerang, parce qu'il revient dans notre propre économie, en nous faisant du bien ou du mal.

Exactement comme on pense, on parle, on agit.

En son temps, le Maître Jésus avait déjà enseigné: À chacun sera donné selon ses oeuvres.

Si parfois nous offrons des bienfaits à ceux qui ne font pas d'efforts, à ceux qui ne font rien pour les mériter, simplement par sympathie, amitié ou intérêt, la Loi Divine ne fait pas erreur.

Et elle donne à chacun exactement ce qu'il mérite, ce qu'il a construit. Par conséquent, lorsque nous disons que nous sommes mieux lotis que ce que nous méritons, nous commettons une erreur.

Nous affirmons que Dieu se trompe. C'est parce que chacun d'entre nous vit dans le climat qu'il se construit.

Chacun de nous reçoit, pour sa vie, ce qu'il pense, ce qu'il souhaite pour les autres.

Il ne pouvait en être autrement. Comment imaginer que quelqu'un qui, paresseux, érigeant un taudis de planches mal disposées, puisse vouloir habiter un palais ?

Comment peut-on imaginer que celui qui sème des fleurs ne puisse pas bénéficier des couleurs et du parfum de ses semailles bénies ?

Le boomerang, loi de cause et effet, loi du mérite. À chacun selon ses oeuvres.

Peu importe comment nous concevons la question. Ce que nous devons garder à l'esprit, c'est l'importance de penser au bien, d'agir bien, de souhaiter du bien à tous.

Tout cela pour notre propre bien, notre joie, notre confort spirituel.

Pensons-y.

Rédaction du Moment Spirite.
Le 21.9.2020.

© Copyright - Momento Espírita - 2020 - Droits de reproduction réservés - Disponible depuis le 28 mars 1998 (en portuguais)