Momento Espírita
Curitiba, 18 de Dezembro de 2018
busca   
Par titre  |  Dans le texte   
ícone Annonces du printemps

Quand les ipés se mettent à fleurir dans ma ville, je sais qu’il n’y aura pas de givre en cette saison hivernale.

En fleur, ils déversent leurs pétales jaunes sur l’herbe verte du sol dans des fantaisies aux couleurs nationales. Ils annoncent le printemps qui s’apprête à régner pendant quatre-vingt-dix jours.

À l’avant, ils viennent en tête marquant les sentiers et embellissant les routes, les rues, les avenues et les places.

Souvenons-nous qu’il y a environ deux mille ans, un homme est apparu en Palestine parcourant les chemins, avisant les populations.

Tout comme les ipés, il annonçait la nouvelle saison qui était prête à remplir le monde de fleurs d’espérance. Son message était celui du printemps de la rénovation.

Préparez les voies du Seigneur…

Après moi viendra celui dont je ne suis pas digne de lasser les sandales.

Je suis la voix qui clame dans le désert… dans le désert des cœurs humains.

Baptiste apportait les semences abondantes des prophéties annoncées depuis des siècles.

Le Roi était au milieu des hommes. Et il a choisi la scène de la nature pour entonner son chant d’amour. Il a composé des poèmes et seuls les cœurs de bonne volonté ont enregistré ses vers dans l’intimité de leur for intérieur.

Mais les vers ont fait écho, ils ont été emportés par les vents, répétés par les montagnes, accueillis entre les murs généreux de ceux qui ont adhéré à l’invitation. L’invitation de l’amour. L’invitation à aimer.

Au faîte du printemps, le gouverneur planétaire est venu pour être avec les siens.

Je suis parmi vous comme celui qui vient pour servir. Je suis le bon berger.

Aucune des brebis que le père m’a confiées ne se perdra. Le berger donne sa vie pour celle de ses brebis.

Croyez en Dieu. Croyez aussi en moi.

Ce sont les vers récités sur la montagne, dans la vallée, sur les routes. Et qui ont vibré au son du luth au bord du lac de Génézareth.

Printemps céleste. Jamais égalé.

*   *   *

En ces jours que nous vivons, on entend de nouvelles annonces. L’ère de la régénération approche et peu à peu s’installe.

Les hérauts se multiplient. La génialité retourne à la scène du monde et les enfants déclament et composent des vers, des symphonies et exécutent des pièces magistrales pour évoquer la sublimité céleste.

Des génies avancent dans les études en sciences en rêvant de voyages interplanétaires délivrant des messages de vraie fraternité.

Quand d’autres se penchent sur leurs microscopes, leurs livres, dans des laboratoires, des académies, des instituts, et réalisent des recherches qui ont pour objectif la guérison des maux qui affligent leurs frères pour diminuer les douleurs.

D’autres encore entreprennent des campagnes au profit de ceux qui n’ont rien ou presque rien. Leurs préoccupations ne sont pas les jeux de l’enfance, mais le bien-être de tant d’autres enfants, amis proches ou de lointains inconnus.

Prémisses du printemps. Printemps dans les cœurs. Printemps d’un monde nouveau, régénéré. Un monde où l’homme abandonnera les armes qui annihilent et étreindra la lyre, la science, l’art, l’amour.

Un monde qui est déjà présent. Comme les ipés qui brodent des arabesques sur le sol qui remplissent les yeux d’émerveillement et affirment : Le printemps approche !

Pensons à tout cela et laissons-nous pénétrer par le souffle printanier d’un monde nouveau.

 Rédaction du Moment Spirite.
Traduction réalisée dans le respect des « Rectifications orthographiques
du français  en 1990 » de l’Académie française
 (
http://www.academie-francaise.fr/sites/academie-francaise.fr/files/rectifications_1990.pdf). NdT
Traduction : Gootjes Irène
Le 14.7.2016.

 

© Copyright - Momento Espírita - 2018 - Droits de reproduction réservés - Disponible depuis le 28 mars 1998 (en portuguais)